Iran/4+1 : « Pas d’initiative » chez la partie d’en face/Les Occidentaux tergiversent à Vienne (AmirAbdollahian)

Selon l’IRNA, lors d’une interview accord à la chaîne internationale qatarie Al-Jazeera, le Ministre iranien des Affaires étrangères a répondu à diverses questions dont notamment sur les pourparlers de Vienne, le dialogue irano-saoudien, la crise yéménite, la visite du Président Raïssi en Russie et, etc.

« Notre impression est que les négociations sont sur la bonne voie », a déclaré le très haut diplomate avant d’indiquer : « Les avancées sont dues aux initiatives que la République islamique d’Iran a mis sur la table. Cela aide la partie d’en face à parvenir à un bon accord si elle a vraiment des intentions et une volonté sérieuses. Lorsque nous parlons d’un bon accord, cela signifie un accord dont toutes les parties en seront satisfaites. Atteindre un tel accord nécessite le respect par toutes les parties signataires de leurs obligations liées au Plan global d’action conjoint sur le nucléaire de 2015 (PGAC, JCPOA selon son acronyme anglais).

Est-ce qu’un tel accord est-il réalisable à court terme ? Nous pensons que s’il y a de bonnes intentions et une volonté sérieuse de la part de l’Occident, il serait possible. »

« Dans les messages envoyés par les Américains à l’adresse de l’Iran, ils se disent décidés à revenir au PGAC et à remplir leurs engagements. Ces paroles qu’on ne cesse d’entendre lors des rendez-vous avec nos interlocuteur 4+1, une fois concrétisées, peuvent nous conduire à un bon accord », a insisté le Ministre iranien des A.E..

Amir Abdollahian a insisté sur le fait que les négociations pour tenter de sauver l’accord multilatéral en agonie sur le nucléaire iranien de 2015, qui ont repris l il y a quelques semaines à Vienne, doivent, comme le réclame Téhéran, aboutir à la levée « vérifiable » des sanctions américaines et à la «garantie» que Washington réintègre le pacte sans le violer de nouveau.

اخبار جدید کرج
وزیر علوم به شهدای گمنام کرج ادای احترام کرد

M. Amir Abdollahian a rappelé que la chose la plus importante pour Téhéran est d’atteindre un point où il puisse s’assurer que le pétrole iranien sera vendu facilement et sans aucune limite, que l’argent de ce pétrole sera transféré en devises étrangères sur des comptes bancaires iraniens et que les Iraniens pourront bénéficier de tous les revenus des différents secteurs économiques ».

Suivez l’IRNA sur Twitter @Irnafrench